Archives par mot-clé : arkham

Batman : Arkham Origins, le test

Sorti le 25 octobre, Arkham Origins avait suscité de nombreuses inquiétudes parmi les fans de la licence. Edité non plus par l’équipe talentueuse de Rocksteady mais par WB Montréal, contenant de surcroît une partie multitjoueur, ce nouvel opus s’annonçait comme un spin-off fan-service, en attendant le prochain véritable Arkham. Plutôt que de vous proposer un test à chaud au moment de la sortie du jeu, nous avons préféré prendre le temps de finir le jeu à 100% afin de vous fournir l’avis le plus nuancé qui soit.

 


Year Two

 

Arkham Origins ne situe pas comme les précédents opus dans les années de service récentes du Chevalier Noir mais dans sa deuxième année. Batman n’est encore qu’en effet une légende urbaine, craint par la mafia, pourchassé par le GCPD.  Si Gordon, mène lui-même sa propre croisade contre la corruption de la ville, il ne fait pas encore confiance à Batman et le traque. La batcave est en travaux, les gadgets à l’état de prototype. La ville est corrompue jusqu’à la moelle, la mafia est partout, régie par les Carmine, Black Mask et le Pingouin.  Pour les lecteurs des comics, le jeu se situe dans le Modern Age, après Year One mais avant The Long Halloween (voir notre chronologie). D’ailleurs le jeu est très fidèle à l’esprit des comics, et prend bien moins de libertés avec le batverse que les précédents opus. Vous y trouverez ainsi de très nombreuses références. Le scénario en soi est assez simple : c’est le soir de Noël , Black Mask, excédé par votre guérilla, met votre tête à prix, lançant huit assassins à votre trousse, notamment le redoutable Deathstroke ou le puissant Bane.

 

 

C’est donc le chaos à Gotham, les citoyens sont cloîtrés chez eux, vous ne rencontrerez ainsi que des membres de gang ou du GCPD corrompu. Le scénario peut paraître simple à première vue mais finalement il est très efficace, vous tenant en haleine jusqu’à la fin du jeu. C’est en effet l’occasion pour Batman de faire de nouvelles rencontres, des alliés comme des ennemis inattendus. On se sent monter en puissance, devenir le mythique Chevalier Noir, haï par les vilains, respecté par le GCPD . Forcément votre célébrité va attirer des super-vilains célèbres, autres que les huit assassins, des ennemis inédits et complètement irrationnels qui vont déconcerter Batman. C’est là le lien majeur avec la licence Arkham :  l’apparition des super-vilains fous au milieu d’une Gotham chaotique, la nécessité d’ouvrir le futur et glauque Asile d’Arkham, couverture des machinations de Strange et de Ra’s Al Ghul

 

 

Arkham v.3

 

Qu’on ne s’y trompe pas, Arkham Origins n’est pas un Arkham 2.5. Il apporte un vrai renouveau dans la licence. Certes le système de combat et les gadgets restent globalement les mêmes mais vous bénéficiez d’une palette plus élargie de coups, les combats sont plus durs, les ennemis plus rapides et plus nombreux. Seuls les phases prédateur moins nombreuses dans la campagne solo ont été facilitées notamment avec le nouveau grappin vous permettant d’accrocher les ennemis aux gargouilles. Vous pourrez dorénavant vous rendre dans la batcave comme bon vous semble via le batwing, y changer de costume, vous entraîner avec les défis toujours présents. L’aspect enquête a été aussi amélioré avec la possibilité de reconstruire virtuellement les scènes de crime au ralenti. Très classe !

Les combats de boss sont aussi très stimulants et agréablement mis en scène. Le tout dans un Gotham recouvert par la neige, plein de cachet, comme dans Batman Noël. La carte est trois fois plus grande que celui d’Arkham City. Pour être précis, on retrouve le vieux Gotham Nord du second opus en plus jeune, le Gotham Sud moderne et l’immense Pionner’s Bridge faisant la transition entre les deux, sans compter la prison de Blackgate seulement accessible durant le scénario.

Enfin le casting vo a été renouvelé avec une surprenante qualité avec Roger Craig Smith pour Batman et Troy Baker pour le Joker. Vous avez même dorénavant la possibilité de jouer en vostfr. Le bande-son signée Christopher Drake ( Injustice : Gods Among Us, Under The Red Hood, Year One) est aussi excellente avec des thèmes épiques à souhait. On retrouve de manière générale une influence très nolanienne dans le scénario, le design, la musique et le traitement des personnages. Bane notamment est passé de la brute des précédents Arkham au terrifiant stratège de The Dark Knight Rises.

 

 

Une durée de vie gargantuesque

 

Les développeurs de WB Montréal n’ ont pas lésiné sur la durée de vie. Dans la campagne solo, vous aurez le droit aux missions secondaires, aux données piratées d’Enigma à collecter, celles-ci vous permettant de reconstruire des enregistrements pour les personnages, les signes d’Anarky, les plaques de l’architecte Cyrus Pinkney à scanner. Vous aurez également des défis à relever comme dans Arkham City, sauf que ceux-ci permettent de débloquer de nouveaux gadgets. En plus du mode solo et du new game +, vous bénéficierez dorénavant du nouveau mode I Am The Night, un mode hardcore sans respawn, des classiques défis prédateur et combat jouables avec Batman ou Deathstroke.

Sans oublier la grande nouveauté : le multijoueur, véritablement sympathique mais manquant cruellement de joueur. Dans ce mode, vous incarnez aléatoirement un membre du gang de Bane, du Joker, ou soit Batman soit Robin. Membre d’un gang, vous devez tuez vos ennemis et contrôlez des points. Batman ou Robin, vous devez faire monter votre influence, semer la peur dans les rangs adverses. Ajoutez  à cela la possibilité jouissive d’incarner brièvement le Joker ou Bane en fonction des scores.

 

 

Pour le moment, il n’existe que quatre cartes et un seul mode de jeu mais avec les possibilités de customisation des skins et des armes, vous obtenez un multi gadget certes mais très appréciable pour changer un peu de la campagne ou des défis. Notez également la possibilité d’acheter des boosts d’xp pour vos personnages avec votre carte bancaire. Totalement inutile, mais bien dans l’esprit du marché noir du Pingouin ! Dommage que le multijoueur soit si désert sur les serveurs français, on peut en effet rarement jouer. Espérons un patch pour fluidifier le matchmaking !

En conclusion, Arkham Origins est une très belle surprise : loin d’être un spin-off destiné uniquement aux fan, il s’impose comme un opus d’Arkham, complet mais différent, original tant sur le fond que sur la forme, que sur l’esthétique. Une façon très agréable d’enrichir la licence en patientant pour le prochain opus de Rocksteady, éventuellement « Arkham World ».

L’avis de Batman :

Alors que j’étais d’habitude cantonné aux versions PC de la série Arkham, j’ai cette fois ci craqué pour la version XBox 360 pour la simple et bonne raison que Warner Bros. ne proposait pas de collector pour PC. Malgré ce premier grincement de dent, je dois dire que le titre me surprenait de plus en plus au fur et à mesure que j’avançais dans ma partie. En apparence un clone amélioré de Arkham City, le titre développé par Warner Bros. Montreal s’est révélé assez surprenant ! Le nouveau mode détective est très sympa, le scénario plus profond qu’il n’y parait, on a droit à de nouveaux gadgets et fort heureusement, à de nouvelles zones à explorer ! Je regrette néanmoins que le jeu soit sorti avec autant de bugs. Suite à une mise à jour sensé résoudre tous les problèmes rencontrés par les joueurs, ma partie est tout simplement devenue injouable. Dommage, car Arkham Origins a pourtant tout d’un bon jeu. Même si on regrette certains choix de gameplay (comme le fait de ne croiser aucun innocent dans les rues de Gotham), c’est un jeu plaisant, qui ravira à coup sûr les fans de la licence et les amateurs du Chevalier Noir.

 

Jeu testé sur Xbox 360, image fourni par Warner Bros.

Batman Arkham Origins est disponible !

Ca y est, le petit dernier de la saga Batman Arkham est disponible !

Vous l’attendiez peut-être de pied ferme, et il est arrivé ! Le jeu est disponible sur PS3, Xbox 360, Wii U et PC ! Pour les possesseurs de console portable, n’oubliez pas que les version 3DS et PS Vita sont également en rayon. Quand à tout ceux qui possède un iPad, un iPhone ou un iPod Touch, vous pouvez également essayer la version iOS, pas forcément incontournable, mais elle est gratuite, alors pourquoi se priver ?

Pour les indécis, je vous laisse avec cette petite vidéo de 17 min de la version console/PC du jeu. Sachez d’ailleurs que notre test (effectué sur Xbox 360) arrive prochainement !

Partenariat Amazon : Acheter Batman Arkham Origins

Seeds of Arkham

Qui a dit que Nolan était le seul a pouvoir faire des bons films sur la chauve-souris?

 

Ils sont nombreux sur la toile à réaliser des bat-films et ce avec plus ou moins de succès ! Parmi eux une petite société tire son épingle du lot grâce à des courts-métrages de qualités. Bat in the Sun (c’est son nom) c’est spécialisé depuis quelques années dans les bat-films et la sortie de chacun de leurs courts est un événement à ne pas manquer pour les bat-fans de la planète.

 

C’est donc avec un immense honneur que je vous présente le petit dernier de la famille Bat in the sun : « Seeds of Arkham » ! Dans ce film de 8min notre chevalier noir affronte Killer Croc pour sauver son camarade Nightwing des griffes de Poison Ivy.

 

Attention la qualité est au rendez-vous !

 

 

A noter enfin qu’il s’agit du premier épisode d’une trilogie qui s’annonce très prometteuse ! Pour voir les autres réalisations de Bat in the Sun rendez-vous sur leur site officiel (je ne serais que trop vous conseiller l’excellent « City of scars »).

[Aperçu et traduction] Arkham City – The Comic Book

DC comics a mis en ligne les cinq premières pages du comic Book assurant la promo du jeux video : Arkham city ( Qui est, rappelons le, la suite de batman Arkham Asylum ).
En plus de vous les montrez, nous vous proposons une traductions de ces quelques pages.
Rappelons aussi que le comics fera le lien entre Arkham Asylum et sa suite Arkham City.

 

Un an après les événements du premier jeu, Quincy Sharp alors directeur de l’institut psychiatrique, devient maire de gotham city et décide d’aménagé un quartier de gotham comme un nouvel asile ou les aliénés peuvent évolué a leurs guise.
A la tête de cette bombe prête à explosé, un personnage bien connu du dark knight : Le dr Hugo Strange, qui connait l’identité secrète du chevalier noir.

 

Ce comic book sera découpé en six exemplaires vendu 2,99 dollars l’unité et proposé numériquement.

Rendez-vous en mai pour les deux premiers tomes et en fin d’année pour le jeu.

On peut déjà remarqué, lors de cet extrait, un Joker narrateur via une voix off.
Un pari risqué quand on sait qu’il est difficile, même pour les plus grands auteurs, de cerné la psychologie du clown psychopathe et que c’est son imprévisibilité qui fait sa force (comme on a pu le voir dans le Dark Knight de Nolan).
Deuxième détail Harley à l’air d’avoir son mot a dire dans ce comics.

On ne peut malheureusement pas juger de la qualité de l’ensemble et on vous conseil, au vu du prix et du format proposé, d’attendre les premiers retours avant de vous lancé à corps et âme sur ce qui est à la base, un simple produit marketing.
En attendant voici les fameuses pages suivi d’une traduction maison.

 

!!! ALERTE SPOILER !!! les pages mises en ligne révèlent le dénouement de BATMAN ARKHAM ASYLUM ( le jeux vidéo ) si vous voulez découvrir la fin par vous même n’allez pas plus loin !!!

 


 

Page 1 :

Le Joker (voix off) – Je continue de voir la scène dans mon esprit, la façon dont j’ai rêvé que cela finirait.

Batman le poing levé dans un dernier acte de défi, un dernier serment de bravoure mourant sur ces lèvres de la même façon que je lui ôte la vie.

Et par dessus tout ça, mon rire qui s’élève derrière le craquement de ses os.

 

Batman – Je ne te laisserais jamais gagné, JAMAIS !

 

Page 2:

Le joker (voix off) – Mais il a triché ! En utilisant son bat-spray pulvérisateur pour brisé les règles.  Et en  abimant mon joli visage aussi.

Mon ascension était finit. Arkham était sécurisé, Gotham guéri et tout le reste de ce gâchis était sauvé.

Et moi ?  Je été ramené au début, comme toujours. A me reposer et à planifier mon prochain coup.

 

Page 3:

Sauf que je sais qu’il n’y aura pas de prochaine fois.

La formule titan m’avait fait quelque chose, je serais plus fou que d’habitude si je le niais.

Pendant six mois je l’ai senti me rongé comme si j’avais été étendu la seul.

C’est comme ça que sa a finit, et puis …

 

Pas de ville en flammes, pas d’augmentation du nombre de mort, pas de batman brisant sa promesse de ne jamais tué.
Son angoisse est si renfermé qu’il n’a à peine senti ma lame caché murmuré a son coeur.

Une dernière blague, vieux frère. Nous avons pris notre révérence ensemble.
La fin d’un arc en ciel. Ils vécurent heureux pour toujours.

 

Page 4 :

Ce n’est pas juste que cela finisse ainsi.
Je pense que la blague m’est retombée dessus.

(Le Joker rit alors et son rire résonne dans l’asile)

Page 5 :

 

Harley Quinn – Poussin !  Tu me manque tellement ! ils nous on séparé pour toujours.
Mais tant que je peux entendre ton rire, je sais que tu va bien.

Garde 1 (parlant à un de ces collègues) –  Le joker rigole maintenant. Mais tout le monde sais qu’il ne fait que sa.

Garde 2 – C’est vrai, et ça va être tout les jours maintenant. En revoir le clown !

Garde 1 – Bien sur ! Certains types voient bien que cela ne durera pas longtemps.

 

Harley quinn – Non !

Source : Gamespot,xboxygen.

[CRITIQUE] Batman – L’Asile d’Arkham

Après le succès du jeu vidéo Batman Arkham Asylum, Panini Comics nous propose bien tardivement, pour la somme correcte de 18 euros, la traduction française du comic le plus énigmatique dans l’univers de Batman , j’ai nommé sans surprise: L’Asile d’Arkham! Pour les non-anglicistes qui n’avaient pas acheté la fameuse 15th anniversary edition avec tous ses bonus, c’est donc le moment de mettre la main au porte-monnaie puisque la présente édition est la réplique française, moins le carnet de script hélas. Malgré cette baisse du rapport qualité/prix, je vais tenter de vous montrer en quoi ce comic est génial et donc  indispensable…

Continuer la lecture de [CRITIQUE] Batman – L’Asile d’Arkham

Dossier – Arkham Asylum

A l’occasion de la sortie cette année du jeu vidéo Batman Arkham Asylum, l’équipe de Batman Univers vous propose un maxi dossier spécial, dédié à l’asile d’Arkham.

Au programme :

Le collector de Batman Arkham Asylum

Dans le cadre de notre maxi dossier « Arkham Asylum », je vous propose de redécouvrir avec moi l’édition collector de ce jeu prestigieux. Attendu par beaucoup, l’objet clé de ce collector n’est autre qu’une réplique de batarang qui semble très prometteuse sur le papier. A coté de cela, on retrouve un « making of » ou encore un livret exclusif, le tout regroupé dans une boite au look plutôt « classieux ».

Le collector se présente de la sorte, une boite noire au look très sobre, en son milieu une ouverture en forme de chauve souris laissant apparaitre la réplique de batarang, ces fameux bat-gadgets, dérivé du shuriken japonais et du boomerang australien.

Le coffret collector a quand même fière allure
Le coffret collector a quand même fière allure

Une fois ouvert, on découvre le-dit Batarang, accompagné de la boite collector du jeu, du manuel et d’un livret exclusif contenant son lot d’informations sur tout les résidents d’Arkham. Ce petit livret se veut être les notes du Dr Young qui possède un rôle clé dans le jeu. On y découvre des informations exclusives qui ne figurent pas dans les biographies du jeu, parfois même accompagnées d’annotations plutôt amusantes. On retrouvera ainsi la mention « Ne JAMAIS lui donner de parapluie » sur la fiche dédié au Pingouin.

Le carnet de notes du Dr Young
Le carnet de notes du Dr Young

Revenons maintenant sur le fameux batarang. Se voulant comme la pièce maitresse de ce collector, beaucoup on été déçu par la qualité final du produit proposé. On s’attendait à une magnifique réplique en métal, et on se retrouve avec une version en résine, avec un effet « patiné » peut convainquant, et pas la moindre touche de peintures pour améliorer la chose…

Le très controversé Batarang et son socle en plastique...
Le très controversé Batarang et son socle en plastique...

Heureusement, les bonus de cette édition collector ne se résument pas à ça. La boite du jeu ainsi que le manuel ont été relooké pour ce coffret. Ainsi, le visuel extérieur de la boite opte pour un effet bois assez sympa, tandis que l’intérieur rappel un magnétophone, faisant écho aux différentes cassettes d’entretiens que l’on retrouvera dans le jeu. Le manuel quand a lui a eu sa petite touche personnalisée assez sympathique également. On pourra cependant regretter l’absence d’une belle illustration de Batman, comme c’est le cas sur le visuel de la boite classique.

La boite du jeu, son manuel et son making of
La boite du jeu, son manuel et son making of

La boite comporte deux DVD, le premier pour le jeu, le second  pour les bonus. Ce dernier se subdivise en deux parties. La première nous propose 5 vidéos « making of » du jeu, tandis que l’autre partie nous propose quelques unes des vidéos promotionnelles. On regrettera la qualité de ces trailers qui est plutôt médiocre comparé à ce que l’on peut trouver sur certains sites web spécialisés, ou même sur le site officiel du jeu.

Revenons sur le contenu « making of ». 5 vidéos de 4 à 7 minutes nous sont proposées pour aller faire un tour du coté du développement du jeu. La première bonne nouvelle, c’est que l’on à droit des interviews des acteurs clé de la création du jeu. On retrouve ainsi, Paul Dini ou encore Kevin Conroy, très connu des bat-fan pour être respectivement scénariste et doubleur sur la série animé Batman des années 90, mais aussi bien evidemment sur Arkham Asylum.

Du scénariste au concepteur IA, chacun nous parle de son travail sur le jeu
Du scénariste au concepteur IA, chacun nous parle de son travail sur le jeu

On nous parlera bien évidemment de la conception du jeu, mais aussi de tout le travail sur le design, les musiques, les bruitages, ou encore la motion capture.

la carte de défie "Choc et Effroi" coté développeur
la carte de défie "Choc et Effroi" coté développeur

On apprend ainsi que Batman possède son propre thème musical, et Nick, son compositeur, nous montre que ce dernier revient régulièrement dans les pistes musicales du jeu.

L'élaboration de la bande son du jeu est également abordé
L'élaboration de la bande son du jeu est également abordée

Les 5 vidéos sont assez complètes sans être trop longues. On est bien sûr très loin d’un documentaire technique ultra détaillé, mais au final c’est plus de 30 minutes de vidéo où Rocksteady nous parle de sa dernière création.

Rocksteady possède son propre studio de motion capture
Rocksteady possède son propre studio de motion capture

Au final, ce making of est assez intéressant. On en a rapidement fait le tour, et sans être un indispensable, on y apprend malgré tout certaines subtilités. Petit regret quant à l’absence d’interview de Mark Hamill (Luke Skywalker, c’est lui !), doubleur du Joker dans la VO, qui interprète son rôle avec brio. Heureusement, Kevin « Batman » Conroy n’oublie pas de nous toucher deux mots sur la prestation de Hamill à qui il donne la réplique tout au long du jeu.

- Over? why, my dear delusional Dark knight... it hasn't even begun...
- Over? Why, my dear delusional Dark knight... It hasn't even begun...

Mise à Jour : Afin de pouvoir comparer par vous même, je vous propose le déballage de l’édition collector américaine par IGN en vidéo. Cela dit, cette dernière est à peine meilleurs.

Le guide du jeu « Batman Arkham Asylum »

Peu de temps après la sortie du jeu « Batman Arkham Asylum » sur Xbox 360 et PlayStation 3, un guide du jeu est publié par Bradygames. Pour la somme de 15€, on vous propose de devenir un véritable prédateur invisible, un grand maitre du combat, bref, de devenir l’égal de Batman, le plus grand détective du monde. Découvrons ensemble de quoi il en retourne.

La couverture du guide
La couverture du guide

La couverture très luxueuse en papier glacé reprend la jaquette du jeu en édition classique. Le guide indique d’ailleurs qu’il correspond au version PlayStation 3 et Xbox 360. Ne vous méprenez pas, ce guide convient parfaitement à la version PC, seul les touches ne seront pas détaillés, mais pour peu que vous jouiez avec une manette de Xbox 360, il vous suffira de vous référer à la version de la dite console.

Le quatrième de couverture nous résume brièvement le contenu du guide. Tactiques contre les boss, pas à pas détaillé du mode histoire, un guide des succès/trophées, un guide des énigmes de l’homme mystère, comment débloquer les biographie ainsi qu’un aperçu de toute les cartes de défis agrémenté de conseils.

Le dos du guide nous révèle une grande partie de son contenu
Le dos du guide nous révèle une grande partie de son contenu

Intéressons nous maintenant au contenu. Une fois le guide ouvert, un sommaire suivit d’un introduction nous présente alors plus en détail le fonctionnement du guide. On y apprend que chaque lieu sera accompagné d’une carte détaillé, ou encore des section dédié au tactique face aux boss.

L'introduction du guide
L'introduction du guide

La suite est un peu plus informel, nous retrouvons l’intégralité des biographies des personnages telles qu’elles apparaissent dans le jeu, accompagnées d’artwork de qualité. On regrettera cependant que le contenu (informations comme illustrations) soit totalement identique à ce que l’on retrouve dans le jeu.

Les biographies sont identiques à celles présentes dans le jeu
Les biographies sont identiques à celles présentes dans le jeu

On rentre dans le vif du sujet avec la section suivante qui nous présente les principes du jeu. Là, les informations sont très détaillées. On retrouve les touches, le principe des actions prédateur, le système de combat freeflow, les améliorations des gadgets,etc. Le tout est très complet, et très bien structuré.

Les principes du jeu sont détaillés de fond en comble
Les principes du jeu sont détaillés de fond en comble

La section suivant est le guide pas à pas du mode histoire, et ce dernier occupe la plus grosse partie de ce guide. Accompagné de cartes détaillées des lieux, ainsi que de magnifiques artworks (dont certains sont exclusifs !).

La section "pas à pas" est accompagné de somptueuses illustrations
La section "pas à pas" est accompagné de somptueuses illustrations

Encore une fois le guide fait preuve d’une très grande précision et s’annonce très complet pour parcourir le jeu de A à Z. On regrettera au final qu’une trop grande partie du guide soit consacré au scénario qui est déjà relativement guidé dans le jeu et ne nécessite pas forcément l’utilisation du guide. Cependant, on ne pourra pas reprocher à ce « guide pas à pas » d’être trop évasif tellement il est complet, et régulièrement illustré de captures d’écran.

Chaque lieu sera accompagné de sa carte détaillée
Chaque lieu sera accompagné de sa carte détaillée

Quelque 130 pages plus loin, on nous propose alors la section dédiée aux défis de l’homme mystère.

La section "les défis de l'homme mystère" est riche en informations
La section "les défis de l'homme mystère" est riche en informations

Le guide reste toujours très complet en fonctionnant à l’aide de captures d’écran et de cartes ultra détaillées des lieux, allant des trophées de l’homme mystère aux dentiers du Joker en passant par les énigmes et les esprits d’Arkham. Concernant ces derniers, une sections leur est spécialement dédiée.

Une double page est réservée aux esprit d'Arkham
Une double page est réservée aux esprit d'Arkham

Un peu plus sommaire que le reste, les rédacteurs du guide on fait le choix de ne pas révéler l’emplacement du dernier esprit, ce qui est une chose bonne car poussant un peu le joueur à chercher par lui même. Il est tellement plus satisfaisant d’avoir résolu le plus grand mystère de l’asile d’Arkham par soi même !

Nous arrivons alors à la section dédié au mode défi. Séparé en deux sous section, le mode combat et le mode prédateur, chaque carte est accompagnée d’un tableau récapitulatif pour obtenir les médailles de chaque défi, ainsi qu’une brève description sur la tactique à adopter pour être le plus performant.

Un extrait de la section dédiée aux défis de combats
Un extrait de la section dédiée aux défis de combats

Au final cette section est assez sommaire, et quelques astuces supplémentaires auraient été les bienvenues. De plus, on constatera que seul un petit encadré précisant la présence du Joker sur PlayStation 3 est introduit en début de section, et aucun descriptif relatifs à ses propres défis n’est présenté par la suite.

Les défis prédateurs sont aussi présents dans cette section
Les défis prédateurs sont aussi présents dans cette section

La dernière section du guide n’est autre qu’un dépliant listant tous les succès/trophée à débloquer, avec bien évidemment, les actions nécessaire permettant de les déverrouiller. Le tout est, encore une fois, accompagné de magnifique illustrations et autres captures d’écran.

Ce dépliant recto verso liste l'intégralité des succès/trophées
Ce dépliant recto verso liste l'intégralité des succès/trophées

En conclusion, ce guide propose des informations très précises de manière générale, même si certaines sections aurait pu gagner à être étoffées au détriments d’un pas à pas du mode histoire très (trop ?) complet. Ce guide a malgré tout le gros avantage de lister toutes les subtilités du jeu et son intérêt résidera plus dans les cartes très détaillées des lieux visités par l’homme chauve souris afin de déverrouiller tous les petits bonus que propose le jeu.
Les plus:

  • Les infos générales très précises
  • Les cartes détaillées
  • Le guide complet des défis de l’homme mystère
  • De magnifiques illustrations

Les moins:

  • Le pas à pas aurait gagné à être moins important
  • La section « mode défi » moins complète que le reste du guide
  • Certaines infos superflues

Partenariat Amazon : Acheter le guide de « Batman : Arkham Asylum »